Réseau pour
la danse et la jeunesse

image/svg+xml

coquilles

Le Gymnase et le réseau LOOP ont imaginé un cycle de commandes destiné à la petite enfance : Les mouvements minuscules.

Le chorégraphe Amala Dianor a été invité à créer le prochain opus, Coquilles, en novembre 2024.

Création novembre 2024

Tout public dès 1 an
(accessible pour les crèches et pour les scolaires)
in‑situ ou plateau
30 minutes environ – suivi d’une rencontre

création 2024 – Amala Dianor

Pour sa première création jeune public, Amala Dianor réunit deux interprètes pour deux physicalités. Le chorégraphe, reconnu pour son écriture qui fusionne les styles et les formes, questionne le vocabulaire et l’identité des danseur·se·s. Comment troubler les contrastes pour mieux balayer les modèles et percevoir une langue commune ? Dans cette quête, les corps se détournent de leur mécanique, escamotent leur origine pour que le geste se libère et s’entremêle. Porté par une composition musicale originale, le duo surgit. Les énergies s’additionnent pour finalement trouver leur propre orchestration et entrer en résonance avec les plus jeunes.  

Conception, chorégraphie : Amala Dianor Interprétation : Lucie Benhalima Dubois, Brian Kpabja, Milane Cathala-Di Fabrizio, Estanis Radureau (duo en alternance)
Assistant artistique : Alexandre Galopin

Photo issue d’une 1ere résidence de recherche © Le Gymnase CDCN Roubaix – Hauts-de-France

note d’intention
par Amala Dianor

La danse est accessible… à tous les âges de la vie. C’est pourquoi j’ai eu envie de faire le pari fou, à l’invitation de Laurent Meheust, de créér – pour la première fois de ma carrière – une pièce pour la petite enfance. C’est passionnant de chercher comment proposer la danse aux tout-petits et comment elle s’adresse aussi à tout le monde…

J’espère que cette expérience novatrice offriront, sinon une curiosité artistique, au moins un élargissement des horizons créatifs. Je crois en effet dans la puissance de l’art et du corps, pour ouvrir des possibles. Et j’ai l’intuition que plus les expériences sensibles se passent tôt, plus elles s’imprègnent dans nos corps et nous accompagnent toute la vie.

Dans un mouvement inverse, mon processus artistique se compose essentiellement de la recherche de sensations enfouies dans le paradis perdu de mon enfance…

Tel un coquillage, l’enfance abrite des trésors insoupçonnés, des rêves étincelants et des émerveillements infinis. Chaque éclat de couleur, chaque trait de crayon, chaque note de musique tisse un fil de sécurité autour des êtres délicats, leur permettant de grandir tout en préservant leur pureté intérieure. 

Je travaille avec les danseur·se·s pour qu’elles et ils se nourrissent de toutes ces émotions et retrouvent leur âme d’enfant.

Pour la première fois, je vais convoquer, dans le processus de création, la danse contact. Habituellement, dans mes pièces, les interprètes ne se touchent pas et c’est l’énergie qui circule dans les espaces entre les corps dont je fais une matière. Cette fois-ci, je vais chercher à créer des formes inattendues avec deux corps très différents qui s’imbriquent et s’emboîtent. Je veux suspendre le temps, partir en voyage, recommencer de rien, ouvrir de nouveaux imaginaires.

Bercé par les contes et la musique africaine et les chants de griots sénégalais, j’aimerais partager cet héritage pour que les tout-petits découvrent un monde sans frontières.

Musique et mouvement se fondent sur une douce harmonie propice au déploiement de l’imagination des plus jeunes. On en appelle ici autant à la grâce qu’à l’audace comme une invitation à explorer ce qui nous entoure.

Amala Dianor,
chorégraphe

Autodidacte au brillant parcours de danseur hip hop, Amala Dianor intègre en 2000 l’école supérieure du CNDC d’Angers. Le chorégraphe est très vite identifié dans le monde de la danse pour la singularité de son écriture élégante et organique qui s’inscrit dans une recherche formelle sur le mouvement, à la croisée des styles.

Glissant d’une grammaire à l’autre avec virtuosité (hip hop, néo-classique, contemporain, afro-contemporaine…), il dépouille les techniques chorégraphiques de leurs dimensions spectaculaires pour ne conserver que les mouvements bruts. Grâce à ce processus de déconstruction, il permet aux interprètes d’expérimenter de nouvelles voies gestuelles. Attiré par la rencontre et le dialogue entre les êtres, il déploie une danse-fusion qui hybride les formes et ouvre une poétique de l’altérité. Kaplan I Cie Amala Dianor compte aujourd’hui dix-huit pièces à son répertoire et diffuse en moyenne 80 dates par an en France et dans le Monde.

En 2022, Amala Dianor figure parmi les quatre chorégraphes européens élus par le réseau Big Pulse Dance Alliance (Europe créative). Amala Dianor reçoit la Médaille de Chevalier des Arts et des Lettres en 2019.

Calendrier de création

Mar 12.11 >
Ven 18.11.2024

création
Le Gymnase CDCN, Roubaix – festival Forever Young

Lun 29.04 >
Ven 10.05.2024

résidence
Le Gymnase CDCN Roubaix – Hauts-de-France

Lun 27.05 >
Ven 07.06.2024

résidence
Cndc Angers

Lun 16.09 >
Ven 20.09.2024

résidence
Le Théâtre – Scène nationale de Mâcon

Lun 28.10 >
Mer 06.11.2024

résidence et création lumière
Cndc Angers

Jeu 07.11 >
Sam 09.11.2024

avant-premières
Théâtre de l’Hôtel de Ville de Saint‑Barthélemy‑d’Anjou dans le cadre du Festival Zone de Turbulence

Production : Le Gymnase CDCN Roubaix –Hauts‑de‑France dans le cadre du projet de commande chorégraphique Les mouvements minuscules.
Coproduction : Fonds LOOP – réseau professionnel danse et jeunesse, Cndc – Angers, Le Théâtre – Scène nationale de Mâcon, La  Manufacture CDCN Nouvelle‑Aquitaine Bordeaux, Escales Danses – Réseau conventionné danse en territoire, CND Centre national de la danse, Les Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine Saint-Denis, L’ échangeur ‑ CDCN Hauts‑de‑France, Opéra de Limoges, Académie de l’Opéra national de Paris

les mouvements minuscules

Commande chorégraphique pour la petite enfance

En 2022, Le Gymnase CDCN et LOOP – réseau professionnel danse et jeunesse – imaginent un nouveau programme de commande adressé à la petite enfance : Les mouvements minuscules. 

Celui-ci invite un·e chorégraphe à créer une forme courte, destinée à l’in-situ (crèches, écoles maternelles…) ou aux plateaux et adressée aux plus jeunes (dès 1 an). La commande est confiée à un·e artiste à l’écriture forte et singulière, qui ne concède rien en terme esthétique. Ce programme a pour objectif d’encourager les artistes chorégraphiques à créer pour la petite enfance, âge pour lequel l’offre de spectacles de danse est plus ténue. 

C’est aussi d’inviter des chorégraphes aguerri·e·s qui peuvent concevoir des formats exigeants et inventifs tout en étant adaptés aux contextes de représentation, comme celui d’investir les lieux et espaces de la petite enfance. 

Autour de ce programme, des actions pédagogiques sont pensées spécifiquement pour les professionel·le·s de la petite enfance, les jeunes enfants et leur entourage.

Le premier opus du programme Les mouvements minuscules, a été créé en novembre 2022, par la chorégraphe Marion Muzac, avec une pièce intitulée Le petit B.

Le chorégraphe Amala Dianor va signer le deuxième opus, Coquilles, en novembre 2024.

LE PETIT B © FREDERIC IOVINO

Production

En savoir plus

Contact production / diffusion

Nadia Minisini

O3 20 20 99 06
administration@gymnase-cdcn.com